Accueil » Isolation Phonique » isolation accoustique d’une pièce

S’isoler dans une pièce, sans dérangement provoqué par des bruits divers, n’est pas toujours facile ? Chacun devient tour à tour émetteur ou auditeur, volontaire ou non.

Qu’est-ce que le son ?

Les sons sont produits par les vibrations de l’air, les bruits aigus propagés à grande vitesse, graves moins rapide, ils se mesurent en décibels DB. Notre champ acoustique de parole varie de 30 à 60 DB, la voix forte atteint 75 DB. Les mesures sont effectuées à 1 mètre de distance entre la source du bruit et son auditeur. Au-delà de 90 DB, le son est nuisible à l’oreille et détruit les cellules ciliées de la cochlée, situées dans l’oreille interne. Le son peut nous ravir et nous déranger. L’isolation évite cette gêne.

Quelle est l’origine des bruits ?

Une pièce de la maison isolée pour soi et les autres. Tout doit être pris en compte. Définir ce qui dérange: bruits de la rue ? voiture, travaux ; à l’intéreur de du logement ? musique, voix, appareils ménagers, instruments de musique.

Dans tous les cas, une isolation sonore permet de préserver le calme de chacun et est fortement appréciée.

Comment s’en protéger et où ?

Le sol : de préférence construit sur un matériau amortissant les bruits : laine de verre non tassées ou matière en caoutchouc ; joints parfaitement étanches ; revêtements en liège ou tapis style moquette.

Les murs : recouverts d’une double cloison, par exemple en Placoplatre, de lourde densité, (il vaut mieux choisir une cloison doublée qu’une seule très épaisse) ; un espace vide entre le mur et le doublage, ou respecter le vide et ajouter de laine de verre ou de roche.

Le plafond : la modalité est variable selon l’habitation en maison individuelle ou appartement. En logement indépendant : pratiquer comme pour les murs, avec une couche obligée de 30 cm de laine de verre ou laine de roche dans les combles ; ainsi l’isolation phonique sera complétée d’une protection thermique.

Bruit - La transmission du bruit

Tous  murs et cloisons nus, captent les bruits, les laissent traverser les parois et les renvoient vers l’intérieur. Dans ce cas, il est aussi conseillé de recouvrir tous les supports avec de la moquette murale, du papier à coller absorbant ou du liège ; alors, les sons ne traversent pas la structure et sans réverbération, restent purs à l’audition.

Les ouvertures : des cas divers. Soit vers l’extérieur ; dans ce cas, l’isolation efficace préconise une étanchéité à toutes formes de déperditions et un double vitrage de qualité supérieure. Attention de bien préserver les sources de ventilation de la pièce afin d’éviter une humidité néfaste à la qualité de l’air, L’apport d’oxygène extérieure, donc des bruits de rue, du vent, filtré par une VMC spéciale respectent l’hygrométrie, l’air et aussi l’acoustique.

En cas de maintien des ouvertures existantes, un doublage par l’intérieur, en préservant le vide entre les deux systèmes, présentent un bon  rapport : bruit/isolation.

Le meilleur moyen concernant les portes intérieures, entre les différentes pièces communes de l’habitation, est sans conteste la pose d’une porte style étude notariale, cabinet médical. Porte en matériau lourd, doublée, capitonnée d’où rien ne transite vers l’extérieur, encore une fois, veiller à l’étanchéité sur tous les côtés de cette ouverture.

Envelopper dans une chasse, un coffret, les sons seront protégés tels des bijoux et ne dérangeront ni l’auteur à l’origine du bruit dans sa bulle, ni les personnes extérieures ne désirant pas interférer dans ce cocon. Chacun pourra affirmer cet adage : « A bon entendeur… ».

Mots-clés : , , , ,
© 2012 www.isolation-france.fr | mentions légales | Contact
ok